X
XS
SM
MD
LG
XL
← Retourner à la cartographie

Billion Oyster Project, NYC

Géographie des milieux
Sur la côte / Rivage / Littoral / Estrans / Milieu côtier
Approche
Adaptation au changement climatique, résilience
Coopération, empowerment des communautés
Solution fondée avec la nature, protection du vivant
Thématique
Co-bénéfice / Hybridation / Symbiosis
Changement de comportements / participation active des habitants
Type de projet :
Adaptation au changement climatique, résilience, solution fondée avec la nature, protection du vivant, éducation
Concepteur :
Murray Fisher and Pete Malinowski, the Harbor School
Partenaires :
Date et durée :
Démarrage de l'étude en 2014 et réalisation en cours
Ville :
New York
Pays :
Etats-Unis

Contexte

New York City fut autrefois le plus gros producteur d’huîtres au monde. La ville s’est construite sur des centaines des buttes coquillières laissées par les Lenapés, les amérindiens indigènes du territoire. La demande en huîtres était si forte qu’elle a finalement dépassé l’offre abondante de New York. Au milieu des années 1800, la population d’huîtres naturelles de la région était presque entièrement épuisée. Les new-yorkais ont commencé à élever des huîtres dans les bas-fonds du port et, dans les années 1880, la ville produisait plus de 700 millions d’huîtres par an.

Au début des années 1900, New York a été touchée par des épidémies mortelles de choléra et de typhoïde, les parcs à huitres furent pointés du doigt. En effet, la ville déversait des polluants industriels et des eaux usées directement dans le port où étaient élevées les huitres, les rendant impropres à la consommation. La ville fut obligée de mettre fin à l’ostréiculture et New York ferma en 1927 son dernier lit, au sud de Staten Island. La qualité de l’eau continua à se dégrader jusqu’à ce que les huîtres sauvages ne puissent plus survivre. En 1972, le Congrès adopta le Clean Water Act, qui réglementait les déchets déversés dans les cours d’eau. Petit à petit, la qualité de l’eau dans le port s’est améliorée et de nombreux groupes tentent maintenant de ramener l’huître à New York.

L’huître est une espèce « clé-de-voute », c’est à dire, une espèce qui a un effet disproportionné sur son environnement au regard de ses effectifs. D’abord, par sa capacité de filtrer et dépolluer l’eau (chaque huitre est capable de filtrer 227 litres (50 gallons) d’eau par jour !). Les huîtres sont aussi parfois appelées « bioingénieurs » parce qu’elles créent leur propre écosystème. De plus, les lits d’huîtres ou récifs d’huîtres constituent un substrat stable dans un habitat de sédiments mobile et aident la colonisation des invertébrés épibiotiques qui ont besoin des surfaces rugueuses pour s’y attacher et y vivre. Ces nouvelles structures servent aussi de lieu de forage ou d’habitat pour des crustacés et autres poissons. 

Concepts clefs du projet

En 2014, les enseignants Murray Fisher et Pete Malinowski fondent Le Billion Oyster Project en vue d’assainir et de renforcer la biodiversité dans la baie de New York. Ils sont convaincus que la restauration écologique ne peut être que temporaire si elle ne s’accompagne pas d’actions créées avec la population. Pour mettre en œuvre ce travail de restauration écologique à grande échelle, et surtout le rendre pérenne dans le temps, ils commencent alors par inclure le projet dans le cursus des lycéens de la Urban Assembly New York Harbor School.

La Urban Assembly New York Harbor School se situe juste au Sud de Manhattan, sur Governor’s Island. Elle forme ses étudiants à la gestion maritime appliquée. Ceux-ci s’y rendent en ferry et suivent des cours de plongée sous-marine, biologie marine ou robotique sous-marine. L’école coordonne le Billion Oyster Project, permettant aux élèves de découvrir le port grâce à la restauration des récifs d’huîtres. Ils espèrent repeupler la baie de New York avec un milliard d’huitres d’ici 2035.

Une telle population d’huîtres dans la baie de New York créera des bénéfices multiples : des eaux plus saines, la prévention des “zones mortes” dues à la pollution d’azote, la création d’habitat pour des centaines d’autres espèces, ainsi qu’une défense naturelle contre les tempêtes, adoucissant le coup des grosses vagues, réduisant les inondations et empêchant l’érosion.

À l’heure actuelle, l’école cultive des millions d’huîtres sur Governor’s Island, dans de grands réservoirs. Les participants au programme sillonnent la ville et récupèrent des coquillages dans différents restaurants. Ces coquilles fournissent un substrat sur lequel ils peuvent faire pousser les naissains.

Le projet est par ailleurs sorti du seul cadre de l’école pour devenir un programme transversal, de pédagogie, de recherche et de participation citoyenne, impliquant les 5 “boroughs” de New York avec plus de 10 000 bénévoles, plus de 6 000 étudiants, 100 écoles et 75 restaurants.

Le Billion Oyster Project est un partenaire officiel du projet Living Breakwaters de l’agence d’architecture de paysage SCAPE. Living Breakwaters, signifie « digues vivantes » ou « brise-lames vivants ». Ceux-ci sont construits à partir des modules de blocs de tailles, formes et matériaux variés qui serviront de base à la création d’un nouvel habitat marin, accueillant notamment des récifs d’huîtres élevées par les nurseries du Billion Oyster Project.

Le Billion Oyster Project a déjà installé 14 nouveaux récifs d’huîtres (soit environ 45 millions d’huîtres), et recyclé plus de 700 000 kilos de coquilles d’huîtres provenant des restaurants de la ville.

Pourquoi on en parle ?

Ce projet nous intéresse car il a été conçu et construit à partir d’une petite espèce du vivant : l’huître, endémique de la baie de New-York. Cette initiative permet de valoriser à grande échelle l’action de l’huître sur le filtrage et la dépollution de l’eau dans la baie de New-York et de recréer ainsi de la biodiversité marine

Il existe déjà de nombreux projets de restauration de milieux naturels menés par des scientifiques et écologues aux États-Unis, mais ce qui nous semble pertinent dans cette initiative c’est la mise en lien du projet avec des écoles, des restaurateurs, permettant d’intégrer la pédagogie et le lien social dans le projet. Cette initiative a été initié avec une école publique de NYC, ce qui ouvre le monde de la science à une population qui n’a pas si facilement accès au domaine scientifique et expérimental.

De plus, l’implication des étudiants dans le projet va au-delà de la science participative, car ce sont eux qui construisent et pérennisent l’action, ils devinent garants sur le long terme, de la démarche de réimplantation des huîtres dans toute la baie de New-York. C’est un aspect du projet à valoriser, car ce sont les étudiants, par leurs implications sur plusieurs années, qui deviennent les acteurs et les gradients de cette initiative sur le temps long.

Le Billion Oyster Project a donc su s’adapter et se transformer en un projet à échelles multiples, qui traversent les frontières entre les domaines et les relient : le public et le privé, l’architecture et l’écologie, la science et la cuisine, l’enseignement et le monde professionnelle, tous réunis dans un projet commun pour contribuer à régénérer les écosystèmes de la baie de New York en un écosystème vivant, bio-diverse, et plus résilient.

Warning

Du fait de leur environnement pollué qu’elles contribuent à assainir, les huîtres du Billion Oyster Project ne sont pas comestibles. L’effort de pédagogie à grande échelle du projet doit donc également porter sur cet aspect afin de prévenir toute intoxication.

L’acidification de la mer due au changement climatique est susceptible de menacer les huitres. Les fragments de coquilles et de coraux déposés sur le fond de l’océan ont toutefois la capacité d’atténuer cette acidification. En effet, lorsque le pH de l’eau baisse (acidification), les coquilles se dissolvent dans l’eau, causant en retour une remontée du pH (basification). Ce type de projet doit donc être réalisé à large échelle pour permettre un effet tampon sur l’acidification des océans au niveau planétaire et maintenir des conditions permettant la survie des huîtres, autres coquillages, et coraux.

Mise en perspective

Le Billion Oyster Project se concentre seulement sur la baie de New York, mais il pourra être vu comme un projet pilote de restauration de récifs d’huîtres dans des estuaires des zones tempérés.


Pour en savoir plus

Lien vers l’initiative Billion Oyster Project ici

Crédit :

Klima sur les rivages

Klima en Bretagne,
en Nouvelle-Aquitaine
et à Paris

Adresse du siège social :
28 rue de la Masse
La Fresnais 35111
France

Creative Commons

Le contenu original de ce site est utilisable sous la licence Creative Commons : Attribution - Pas d’utilisation commerciale - Partage dans les mêmes conditions (CC BY-NC-SA 3.0 FR).

Nos partenaires