X
XS
SM
MD
LG
XL

L'approche de Klima

« Ce qui nous attend n’est pas un big flash, une fin du monde brutale et instantanée. Non, quoi qu’il arrive, ça va se déglinguer pendant des siècles. Alors ma question est : que peut-on fabriquer aujourd’hui qui puisse éventuellement être ressource pour ceux qui viennent ? »

Isabelle Stengers, Résister au désastre.

Qui sommes-nous ?

Nous sommes un collectif d’architectes, paysagistes, géographes et nous avons créé ensemble l’ONG Klima. Ce qui nous unit ? À la fois un amour immense pour le monde et tous les êtres vivants qui le compose, et le désir de proposer d’autres visions, d’autres approches de l’adaptation au changement climatique.

Que souhaite Klima ?

Proposer de nouveaux regards sur les changements en cours et à venir, retrouver l’envie de se projeter dans un futur que l’on désire, stimuler, frotter les idées pour faire émerger de nouvelles approches. Nous partons en repérage, menons des investigations et des recherches pour mettre en lumière des projets et acteurs inspirants en France et à travers le monde. Nous voulons montrer ce qui s’expérimente en termes d’adaptation dans différents pays, raconter des parcours de vie et des engagements. Nous mettons en lien les projets, les approches et les acteurs pour former une communauté de réflexions et d’actions sur l’adaptation au changement climatique.

Nos actions en cours ?

Une étude et enquête de terrain sur le bassin Loire-Bretagne pour repérer et mettre en lien les projets d’adaptation littorale aux changements climatiques, la création d’une cartographie internationale des projets d’adaptation littorale, la rédaction d’articles et reportages donnant la parole à ceux qui pensent, testent et créent l’adaptation et enfin l’accompagnement de projets d’adaptation littorale.

Nos visions de l’adaptation ?

Nous souhaitons contribuer à la création d’autres visions de l’adaptation, l’adaptation au sens large, pas seulement celle au changement climatique, car il serait trop réducteur de cataloguer les changements en cours seulement en termes de climat. Les changements sont multiples et systémiques. Il nous apparaît donc essentiel de sortir du clivage et des silos de pensées pour permettre une compréhension ouverte de tous ces phénomènes reliés, en interrelations constantes et des transformations en cours et à venir.

De plus, nous nous attachons à développer des pensées de l’adaptation qui prennent en compte toutes les formes de vies interconnectées du vivant, les interdépendances inter-espèces, pour comprendre ces grandes mutations à travers une pensée “symbiocentrique” (versus anthropocentrique, qui elle basée sur une vision principalement humaine).

Nos objectifs

  • Chercher, explorer et valoriser la multiplicité de pratiques collectives, la variété de visions de l’adaptation dans le monde. Pour cela, aller à la rencontre de ceux qui nous inspirent à travers le monde, partager leurs parcours, leurs engagements, leurs espoirs…
  • Mettre en lien ces approches et les projets pour faire émerger de nouvelles pratiques.
  • Valoriser les solutions sobres, frugales, avec des moyens locaux et par les habitants. Développer, dès lors, une approche itérative de l’adaptation en expérimentant à plusieurs in situ.
  • Proposer d’autres perceptions du temps pour composer avec l’incertitude. Intégrer les points de bascules, les ruptures, les rythmes qui nous entourent, pour sortir d’une vision court termiste et linéaire du temps.
  • Créer ensemble d’autres imaginaires, une pluralité de récits du futur. Peupler nos imaginaires d’histoires qui ouvrent des brèches et défient la fin du monde. C’est aussi voir autrement, décentrer le regard, proposer une pluralité de visions et de façons d’être au monde.
  • Ouvrir les méthodes d’adaptation vers d’autres domaines, par le mélange et la stimulation des idées. Enfin, expérimenter des projets mêlant conception de l’espace, sciences et arts pour construire ensemble les rivages de demain.

« Nous sommes plusieurs à penser, depuis notre coin d’avoine sauvage, au milieu du maïs extraterrestre, que, plutôt que de renoncer à raconter des histoires, nous ferions mieux de commencer à en raconter une autre, une histoire que les gens pourront peut-être poursuivre lorsque l’ancienne se sera achevée ».

Ursula K. Le Guin, Dancing at the edge of the world.

Klima sur les rivages :

Klima ONG 28 rue de la Masse
La Fresnais 35111
France

Keep in touch

Creative Commons

Le contenu original de ce site est utilisable sous la licence Creative Commons : Attribution - Pas d’utilisation commerciale - Partage dans les mêmes conditions (CC BY-NC-SA 3.0 FR).

Nos partenaires

Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire Awesome Without Borders Explore Incubateur d'explorations Agence de l'eau DREAL Bretagne Caisse des Dépôts