XS
SM
MD
LG
XL

En attendant la mer

Jean Richer

Itinérance sur une paléoîle du marais poitevin (Chaillé-les-Marais, Vendée)
avec Éric Chaumillon, géologue (le 17 février 2017)

Itinérance sur la plage de l’Amélie (Soulac sur Mer, Gironde)
avec Frédérique Eynaud, paléoenvironnementaliste et Sébastien Zaragosi, géologue (le 10 juin 2017)

Itinérance à Brouage (Hiers-Brouage, Charente-Maritime)
avec Thierry Sauzeau, historien (le 26 juillet 2017)

Changer de regard sur le littoral

En attendant la mer part du constat que le rivage a énormément bougé dans l’histoire, qu’il bouge aujourd’hui avec l’érosion marine et qu’il bougera encore plus sous l’effet de l’élévation du niveau de la mer. Or, de nombreuses questions se posent sur l’attitude que nous devons avoir vis-à-vis de cette évolution inéluctable : faut-il se défendre coûte que coûte contre la mer ou commencer à réfléchir autrement ? Nous pensons que le débat public doit se nourrir de l’histoire. Ce Webdoc révèle la trace de quelques uns des anciens rivages atlantiques dont la localisation, parfois dans les terres, parfois en mer, montre la mobilité de la mer et laisse imaginer ce que seront les rivages de demain.

Trois scientifiques et trois photographes ont cheminé sur les traces de ces anciens rivages de la mer : les falaises mortes du Sud Vendée, les paléo-rivages du Haut Médoc ou encore un ancien havre en Charente-Maritime. Ces dialogues in situ ont fait l’objet d’une retranscription accompagnée des photographies prises lors des visites. Tout à la fois documentaire scientifique et livre d’art, ce document fera revivre aux lecteurs l’expérience de ces trois rencontres.

Protocole d’entretien

Le protocole d’entretien avec les scientifiques s’appuie sur la méthode dite des itinérances. Il s’agit d’entretiens non directifs réalisés en marchant sur les anciens rivages. Ces lieux peuvent être des sentinelles – C’est le cas pour les falaises mortes de Chaillé-les-Marais (Vendée) -, des sites de recherche – comme les paléorivages de Soulac-sur-Mer (Gironde) – ou encore porter des traces récentes et tangibles – pour l’ancien port de Brouage (Hiers-Brouage, Charente Maritime).

La méthode des itinérances, telle que développée par le sociologue Jean-Yves Petiteau, consiste à suivre une personne dans l’espace urbain pendant qu’il raconte son territoire tout en déambulant. Suite à ce parcours, les accompagnants construisent ensemble une sorte de roman-photo qui témoigne du récit de la personne. Cette méthode a été adaptée au contexte (le passage de l’urbain au littoral) et au projet (dialogue avec un(e) scientifique). À date convenue, le/la scientifique et l’équipe se sont retrouvés sur le site choisi ensemble pour 3 heures de déambulation. L’équipe se composait d’un photographe professionnel, de deux personnes participant à la discussion et d’un preneur de son. L’itinérance n’est pas défini à l’avance car il est « inventé » sur place par le/la scientifique.

Cette méthode permet de retranscrire des signes (il était fait appel au « Proust et les signes » de Gilles Deleuze dans la pensée de Jean-Yves Petiteau) ainsi que de convoquer une pensée involontaire. Nous nous sommes rapprochés du photographe Bernard Renoux qui était associé Jean-Yves Petiteau dans la réalisation de nombreux itinérances. Il a réalisé notre premier itinérance à Chaillé-les-Marais. Deux autres photographes, Camille Hervouet et Grégory Valton ont poursuivi ce travail respectivement à Soulac-sur-Mer et Brouage : il nous importait que chaque itinérance possède son regard singulier. Les photographes ont mis en résonance le site et le regard que le/la scientifique peut lui porter. Ont également participé à cette aventure Patricia Cartereau, plasticienne, qui a réalisé les gravures de l’itinérance de Soulac et Valérian Dénéchaud dont les questions pertinentes sont pour beaucoup dans la richesse des propos retranscrits ici.

La conception de ce Webdoc a été réalisé par Samuel Jan. Sa création graphique unifie les intentions artistiques du projet et des trois photographes. Nous voulions que En attendant la mer soit une suite d’expérimentations depuis le choix de la méthode de travail jusqu’à la mise en page du document que vous allez maintenant consulter. Nous espérons que vous prendrez autant de plaisir que nous à découvrir ces trois parcours.

Stéphanie Barbon et Jean Richer

Le documentaire

Lien vers le site En attendant la mer

Jean Richer

Architecte, urbaniste et géographe, Ministère de la culture, DRAC Nouvelle Aquitaine

Après avoir été étudiant de Paul Virilio et diplômé de l’École spéciale d’architecture de Paris, Jean Richer s’est spécialisé en urbanisme. Il a été lauréat du Palmarès des jeunes urbanistes en 2010 pour son travail sur l’urbanisme temporel. D’abord chef de groupe « ville, innovation, architecture » au Cerema Normandie Centre, il est aujourd’hui architecte des bâtiments de France en Charente Maritime. De ces différentes expériences, il a développé une expertise sur les relations entre architecture, paysage et climat. Président de l’association Atelier de recherche temporelle, il vient de fonder avec Sophie Dulau, l’ONG Klima engagée dans l’adaptation littorale au changement climatique.

Klima entre terre et mer

Notre adresse
à Paris

Klima ONG 22 avenue Parmentier
Paris 75011
France

Notre adresse
sur les rivages

Atelier de recherche temporelle 12 rue Saint-Nicolas
Fontenay-le-Comte 85200 France

Keep in touch